Avoir une question? Appeler un expert

Avoir une question? Appeler un expert

Les autorités fiscales peuvent-elles identifier les propriétaires de crypto-monnaie?

Les autorités fiscales peuvent-elles identifier les propriétaires de crypto-monnaie?

Les gains en capital provenant de transactions dans des cryptomonnaies telles que Bitcoin deviennent de plus en plus imposables dans les pays du monde entier. Par conséquent, les contribuables sont tenus d'inclure les transactions de crypto-monnaie dans leurs déclarations de revenus annuelles. La non-conformité peut entraîner des sanctions sévères. Cela soulève la question de savoir si les autorités fiscales sont capables d'identifier correctement les propriétaires de crypto-monnaie afin de percevoir les passifs.

Le problème de l'anonymat

La principale préoccupation liée à taxation des cryptomonnaies est leur traçabilité: l'argent virtuel est souvent gagné, dépensé et échangé sur Internet avec un anonymat total. En outre, des techniques supplémentaires d'anonymisation, par exemple des réseaux privés pour les services de commerce virtuel et de mixage, assurent la protection des données personnelles, ce qui rend les transactions virtuellement introuvables.

La recherche de solutions

Certains pays prennent des mesures pour identifier les propriétaires de crypto-monnaie afin de tenter de résoudre le problème dans l'anonymat. Le texte suivant décrit les mesures prises par la Chine, où la plupart des transactions en Bitcoins sont conclues (95 pour cent du commerce mondial pour 2017).

Visant à lutter contre les transactions illégales dans Bitcoins, le gouvernement de la Chine a récemment adopté des règlements qui exigent des échangeurs locaux et les commerçants de suivre la nouvelle politique de la Banque centrale nationale avec la vérification obligatoire des détails du compte personnel. Ainsi, les utilisateurs Bitcoin sont officiellement tenus de fournir des informations particulières sur leurs transactions, y compris les informations de connexion, les informations de compte, la description des sources de financement et l'historique des transactions. Ces règlements permettent aux autorités chinoises de recueillir plus de détails sur les personnes qui échangent des cryptomonnaies, y compris Bitcoin, afin de déterminer leurs sources de capitaux et d'atténuer le risque d'actions illégitimes avec de l'argent virtuel.

Surveillance du trafic internet

Certains pays ne disposent pas de stratégies et de politiques complètes visant à faire respecter les obligations fiscales pertinentes par les traders de Bitcoin et à mettre un terme au blanchiment d'argent impliquant des monnaies virtuelles. Ainsi, les autorités locales comptent sur les personnes pour déclarer volontairement leur revenu des transactions Bitcoin en l'incluant dans leurs déclarations fiscales annuelles. C'est le cas des contribuables aux États-Unis, qui sont obligés de tenir des registres des transactions de crypto-monnaie et de déclarer tout revenu généré. Cependant, jusqu'à présent, le niveau de déclaration est relativement bas. Par exemple, aux États-Unis, seules les personnes 802 ont déclaré leurs revenus de transactions de crypto-monnaie dans leurs déclarations de revenus annuelles pour 2015.

Lorsque l'attente d'un signalement volontaire n'est pas satisfaite, les organisations gouvernementales peuvent recourir à l'interception du trafic Internet afin d'identifier les utilisateurs Bitcoin impliqués dans les transactions de crypto-monnaie. Cette méthode fonctionne surtout lorsque les utilisateurs:

1) mentionnez les détails personnels en ligne tels que l'adresse de nom / Bitcoin;

2) Exchange Bitcoins pour d'autres devises. L'échange de devises nécessite souvent une vérification de l'identité, comme des copies de documents d'identification personnelle et des relevés bancaires. Par conséquent, ces transactions pourraient être utilisées pour suivre le trafic Bitcoin dans les deux sens: sortant et entrant;

3) utiliser des Bitcoins pour le paiement. L'achat de services et de biens en ligne nécessite le plus souvent des coordonnées, par exemple l'adresse de livraison (lorsque la livraison n'est pas numérique). Par conséquent, les contribuables peuvent identifier les destinataires de ces biens; et

4) utilisent des portefeuilles Bitcoin sans options pour masquer l'adresse IP.

Conclusion

Comme décrit ci-dessus, l'utilisation anonyme de l'argent virtuel soulève de nombreuses questions liées à la perception des impôts. De plus en plus de pays adoptent progressivement des mesures pour résoudre le problème. Dans 2017, après que le gouvernement de la Chine a appliqué des règlements spécifiques, le Parlement européen et le Conseil ont préparé une proposition visant à identifier les propriétaires de crypto-monnaie. Le document indique que les autorités responsables doivent surveiller les monnaies virtuelles puisque l'anonymat est un obstacle et non un atout pour la Communauté.

Lire ici dans le cas où vous êtes intéressé par le démarrage d'une entreprise de crypto-monnaie aux Pays-Bas.

Contactez-nous

Vous aimez cet article?

Partager sur WhatsApp
Partager sur Whatsapp
Partager sur télégramme
Partager sur Telegram
Partager sur skype
Partager par Skype
Partager sur email
Partager par e-mail

Besoin de plus d'informations sur la société néerlandaise BV?